J’ai testé pour vous : Assassin’s Creed Revelations

Posté le 24 décembre 2011 | Catégorie : IT, J'ai testé pour vous, Jeux vidéo | Tags: , , | Pas de commentaires »

Ah, rien que d’évoquer cette franchise est pour moi un grand plaisir ! En effet, depuis la sortie du premier opus (sobrement intitulé Assassin’s Creed) en novembre 2007, j’ai eu l’occasion de jouer aux quatre jeux sortis. À chaque fois (ou presque), le jeu était meilleur que le précédent et apportait un lot de nouveautés non négligeable.

Assassin’s Creed Revelations ne déroge pas à la règle. En proposant au joueur d’incarner l’Assassin Ezio Auditore au cœur d’une Constantinople fraîchement tombée aux mains des Ottomans, le jeu propose un nouveau terrain de jeu (car oui, sauter de toits en toits, escalader les bâtiments devient un jeu dans cette franchise ! 🙂 ). D’un point du vue scénaristique, Ubisoft a encore une fois rendu une copie consistante. Je ne dirai pas parfaite et ceci pour une simple raison : les Revelations promises ont effectivement lieues mais bon, on était en droit d’attendre plus je pense. Et comment peut-on juger un scénario après avoir joué à Brotherhood ? Cet épisode est selon moi le plus abouti (que ce soit au niveau du scénario, de l’environnement graphique, des missions, … le contenu proposé était simplement GENIAL).

Donc pour en revenir à Revelations, je dirai que le jeu est bon, très bon même mais pas à la hauteur d’un Brotherhood. Je le recommande fortement aux fans de la franchise car il complète la trilogie Ezio Auditore et explique certaines choses vues dans les épisodes précédents. Par contre, pour les autres joueurs, le gameplay de Brotherhood sera plus à même de vous satisfaire, selon moi. Bon, je ne dénigre pas non plus Revelations, j’ai grandement apprécié mon expérience de jeu. En effet, après avoir visiter le Duomo de Florence et la basilique Saint-Marc de Venise dans Assassin’s Creed II, escaladé le Colisée de Rome dans Brotherhood, j’ai gagné le droit (oui, il faut le débloquer 🙂 ), de me balader et d’escalader Hagia Sophia (Sainte-Sophie). Pouvoir explorer ces bâtiments est toujours intéressant et permet de voir à quel point Ubisoft a reproduit les monuments dans le jeu.

Une fois de plus, Ubisoft aura réussi à insérer des éléments fictifs (existence des Assassins, complot des Templiers) dans une réalité relatée dans les livres d’Histoire. Après avoir combattu les Borgia dans AC2 et Brotherhood, Ezio Auditore rencontre cette fois-ci Suleiman (futur sultan de l’Empire Ottoman Soliman le Magnifique) et on découvre les luttes familiales pour le pouvoir au sein de l’Empire.

La grande force de la franchise est de faire découvrir (partiellement bien sûr) l’Histoire de telle ou telle période : Troisième Croisade, Renaissance Italienne, Constantinople après sa chute sont au programme. J’apprécie tout particulièrement le système de base de données dans le jeu. À chaque fois qu’un rencontre un personnage célèbre ou qu’on passe à proximité d’un lieu connu, le jeu propose d’en apprendre un peu plus en affichant quelques lignes (paragraphes). La bande son est toujours aussi bien ! C’est un plaisir de partir à l’exploration avec une telle musique dans les oreilles, un MUST !

Je reste volontairement flou par rapport au contenu des scenarii (je ne voudrais pas vous dévoiler les éléments importants puisque vous allez y jouer :D).

Bref, Ubisoft a encore une fois sorti un très bon jeu, qui malgré quelques légèretés sur le scénario et sur la jouabilité s’inscrit totalement dans la lignée de ses prédécesseurs. On quitte donc notre cher Ezio, ma foi vieillissant, et on attend, avec impatience, la sortie du prochain opus !


Les jeux vidéo (deuxième partie)

Posté le 13 octobre 2011 | Catégorie : Jeux vidéo | Tags: , | Pas de commentaires »

Deuxième article sur mes pensées à propos des jeux vidéo et du regard porté sur eux par la société.

Dans le premier article, j’ai présenté les points positifs que j’accordais à la pratique des jeux vidéo, plus particulièrement des jeux multijoueurs.

Je vais essayer de présenter les points négatifs liés aux jeux vidéo mais je risque plutôt de donner mon opinion par rapport aux points négatifs soulevés par les média.

On entend souvent parler d’addiction aux jeux vidéo. Qu’en est-il ? À l’heure actuelle, cette notion est polémique. Une chose est sûre : si addiction il doit y avoir, elle est selon moi plus saine qu’une addiction à la drogue ou à l’alcool. En effet, les effets néfastes sur la santé des jeux vidéo (réduction de l’espérance de vie, augmentation du risque de cancer, …) n’ont pas été prouvés. Parler d’addiction est, pour moi, compliqué même si je reconnais qu’il faut rester raisonnable dans le temps de jeu. Je me garderai bien de donner une durée limite, jouant moi-même beaucoup (et certainement trop parfois).

Une notion d' »associalisation », de prise de distance par rapport à ses proches est souvent associée à cette idée d’addiction. Bien sûr, certains cas extrêmes finissent comme cela. Le joueur, tellement pris dans son monde virtuel aura tendance à s’y enfermer et « fusionner avec son avatar » (ce qu’il ne faut pas entendre à la télé)… Je n’exclus pas ce genre de comportement mais, comme dans n’importe quoi, des cas marginaux existent. Comme leur nom l’indique, ils sont marginaux, ce qui implique leur rareté. Malheureusement, les média (français en tout cas) tendent à généraliser cette idée et essaient, pour la plupart, de décrédibiliser les jeux multijoueurs en présentant des jeunes insultant leur famille tôt le matin, sous prétexte qu’ils ne peuvent pas jouer aux jeux vidéo…

Concernant cette présentation, je constate une chose : soit ce sont des acteurs qui participent au reportage, en suivant scrupuleusement un scénario dicté par la chaîne (espérons que non, sinon merci la qualité des infos), soit les parents se laissent marcher dessus par leur progéniture et cela traduit directement un problème d’éducation, ce dernier n’étant en rien (ou très peu) lié aux jeux vidéo.

Passons également les différentes vidéo humoristiques circulant sur internet, présentant des adolescents plus fous les uns que les autres. Je pose une question aux gens qui croient à ce genre de comportement : ça vous arrive de vous filmer ou filmer quelqu’un d’autre dans votre ordinateur en attendant quelque chose ? Je dirai que non…

Voici deux exemples :

Abonnement WoW résilié

Angry German Kid

 

Une chose est sûre : il doit exister des risques à la pratique du jeu vidéo mais, à l’heure actuelle, aucun résultat scientifique ne tend à le prouver et les discours de certains « psy » ne connaissant rien à ce monde sont soit à pleurer de rire, soit à pleurer tout court tellement ils sont inconsistants et faux…

Bref, voici mon avis sur ce que la société pense (en gros) d’un monde lui étant étranger.

Dans la dernière partie, je tâcherai de mettre en relation les jeux vidéo et la société afin de montrer qu’ils pourraient très bien s’y intégrer.


Les jeux vidéo (première partie)

Posté le 10 octobre 2011 | Catégorie : Jeux vidéo | Tags: , , | 2 commentaires »

Je compte écrire une série d’articles sur mon ressenti par rapport aux jeux vidéo.

Je pense qu’en France le jeu vidéo est assez mal vu, voire même stigmatisé par certains. Pourquoi ? Selon moi, il s’agit de la peur de l’inconnu. En effet, les jeux vidéo sont apparus il y a quelques temps déjà mais les jeux multijoueurs se sont réellement développés depuis quelques années. Ces jeux essaient, tant bien que mal, de se faire une place dans notre société (publicités sur internet, à la télé, dans les stations de métro, …). Malgré cela, il arrive, assez souvent, que le regard porté sur les joueurs soit négatif : addiction, déconnexion du monde réel, j’en passe et des meilleurs.

 

Je vais tenter, en tant qu’ancien joueur, de décrire les aspects positifs que j’accorde aux jeux vidéo.

XmG.

Pour la petite histoire, je suis leader d’une équipe de jeux, la XmG., depuis 2007.

Entre 2007 et 2009, je faisais partie d’une équipe évoluant sur Battlefield 2142. Mon rôle était d’organiser les matchs, ainsi que de m’occuper de la gestion de cette équipe en dehors de matchs et entraînement. Matchs ? Oui, j’ai bien utilisé ce terme :). Dans le jeu vidéo, il existe principalement trois catégories de joueurs : les joueurs occasionnels (casual gamers), ceux participant à des matchs et des ligues (sur internet ou en LAN) et les joueurs professionnels (payés par leurs structures et sponsors). Je faisais donc partie de la deuxième catégorie et mon équipe (ou line-up) s’est classée à une troisième place dans une ligue européenne. Nous avions donc dépassé le stade de joueurs occasionnels et, c’est à ce niveau-là que le jeu vidéo peut apporter certaines choses.

Dans mon cas, j’ai appris ce qu’était l’organisation d’une équipe (organiser le planning des entraînements et matchs, motiver l’ensemble de la line-up, régler les conflits, …). Cette situation est, en partie, comparable à la vie professionnelle. En effet, lorsque les résultats suivent, l’équipe tourne bien mais si vous avez le malheur de faire un faux pas inattendu, il faut se remettre en question et aller de l’avant en se demandant « Pourquoi est-ce que ça a fini comme ça ? Je dois changer quoi ? ». Selon moi, cette prise de recul permet, par la suite, d’appréhender plus facilement les problèmes de la vie quotidienne et professionnelle.

LAN

Ces jeux multijoueurs développent également des notions comme le travail d’équipe : chacun a un rôle bien défini mais, selon les circonstances, doit pouvoir rester un minimum polyvalent. Le respect est une autre notion clé. En effet, c’est l’équipe (de cinq joueurs) qui gagne ou qui perd. Les individus sont mis sur un second plan. Si l’un fait une grossière erreur, il faut expliquer le pourquoi du comment à tout le monde, afin que cela profite à l’ensemble de la line-up et ne stigmatise pas le joueur.