Podcasts sous VLC : au revoir iTunes !

Posté le 26 juillet 2012 | Catégorie : IT, J'ai testé pour vous | 4 commentaires »

Un gros problème existe pour les auditeurs de podcasts qui utilisent Windows, Linux ou tout autre système d’exploitation que MacOS. Quel est ce problème ? La plupart des podcasts sont disponibles sur iTunes Store (premiers liens qui sortent sur les sites ou en résultats de recherches Google) et là est le vrai problème ! Il s’appelle iTunes. En effet, ce logiciel doit être très bien pour Mac mais c’est une hérésie sans nom pour le reste. Petite explication et présentation d’ abonnement à des podcasts sous VLC.

iTunes, c’est mal, m’voyez !

Premier problème : le logiciel n’est pas libre (bon, rien de surprenant de la part d’Apple à ce niveau-là). Résultat : pas de version native sous Linux et donc une instabilité annoncée si vous choisissiez (mon dieu, quelle grossière erreur, mais vous ne la feriez tout de même pas, si ?!) d’installer la version Windows d’un logiciel détestable en tous points : une telle version serait à installer sur un environnement virtualisé et ce n’est jamais très bon, pour des raisons de réactivité du système. Bref, passons, vous aurez compris, installer iTunes sous Linux, c’est comme vous tirez une balle dans le pied.

Deuxième souci : Apple s’est dit « MacOS est utilisé par une proportion assez faible de la population, contrairement à Windows qui règne en maître incontesté des systèmes d’exploitation. Que faire pour promouvoir notre iTunes Store ? Tiens, créons une version iTunes pour Windows » et c’est là que le bât blesse ! Le mec qui a eu l’idée de ce portage aurait mieux faire d’être cloué au lit avec 40° de fièvre ce jour-là… Sérieusement, je doute que ce(s) brave(s) homme(s) (femme(s) peut-être ?) ai(en)t une quelconque notion d’ergonomie et d’expérience utilisateur.

Apparence Mac des menus

Une horreur sans nom sous Windows !

Comment peut-on avoir l’audace de publier un logiciel pour Windows avec un skin Mac (je parle bien entendu de la barre de menus qui reprend l’apparence classique des logiciels Apple). Mixer les apparences Mac et Windows n’est pas la meilleure idée qu’Apple ait eue. Utiliser iTunes sous Windows relève du parcours du combattant (pauvres utilisateurs d’iPods, nous sommes faits !) : entre le design complètement inadapté et une consommation de ressources très, comment dire, mystérieuse, calamiteuse (jusqu’à 100Mo de RAM utilisés et tout ça pour… lire un podcast ! BRAVO Apple, congratz), il faut faire preuve de beaucoup de courage (ou de masochisme) pour vouloir l’utiliser. Bref, j’ai fini ma diatribe envers la pomme entamée et je vais vous présenter une solution (quasi-miraculeuse) pour vous auditeurs de podcasts.

Oh tiens ! 27% de RAM de moins avec VLC !

Préférez donc VLC

 

Premier bon point : ce logiciel est distribué sous licence GNU/GPL ce qui le rend multi-plateformes. Utilisateurs de Windows, Linux et même… Mac peuvent donc l’installer sans sourciller sur leur système d’exploitation préféré. Il est disponible à cette adresse : http://www.videolan.org/vlc/.

Deuxième avantage : la consommation. Rien à voir avec iTunes. Elle est clairement inférieure avec VLC (moins de 50Mo habituellement).

Troisième avantage (et non des moindres) : VLC lit les podcasts directement depuis Internet et ne les télécharge donc pas ! Et ça, ça n’a pas de prix lorsque vous avez un disque dur à la limite de la saturation et que vous êtes abonnés à une dizaine de podcasts simultanément. On passe d’une occupation mémoire de 1Go de plus par semaine à… 0 !

Abonnement en cours

Comment mettre en place les abonnements à des podcasts sous VLC ? Ce n’est pas très compliqué. Première étape : afficher la liste de lecture. Pour cela, un petit CTRL+L sera suffisant, ou, à défaut, Menu Vue -> Liste de lecture.

Afficher la liste de lecture

Afficher la liste de lecture

Une fois la liste affichée, prenons rendez-vous dans l’onglet Internet. En plaçant le curseur sur Podcasts, un + apparaît, il suffit alors de cliquer dessus et de renseigner l’adresse du flux RSS du podcast. C’est le point le plus long de la manœuvre. Comme dit précédemment, les podcasts sont, pour la plupart, disponible sous iTunes et forcément… le lien iTunes n’est pas un lien RSS. Il faut donc rechercher le nom de votre podcast favori suivi de rss feed et là, Google (ou n’importe quel autre moteur de recherche digne de ce nom) fera parler sa magie et vous dégotera le lien RSS du podcast. Prenons l’exemple du podcast Trance Around The World d’Above and Beyond (TATW pour les intimes) : j’ai recherché tatw rss feed et j’ai trouvé mon bonheur. Il suffit donc de copier ce lien et de le coller dans l’interface de VLC. Le podcast est alors ajouté à votre liste, et automatiquement synchronisé, et vous pouvez, dès lors, écouter l’épisode de votre choix.

Ajouter un podcast

Ajouter un podcast

Tout de même un point négatif à VLC : La lecture étant faite en streaming, il faut disposer d’une connexion internet pour écouter sa musique ou son émission préférée.

Quoi qu’il en soit, m’abonner à mes podcasts sous VLC m’a permis de continuer d’écouter mes artistes favoris tout en remisant iTunes au fond du placard numérique (bon, il me le faut toujours pour synchroniser mon iPod) et en épargnant une partie non négligeable de ma mémoire vive. Et vous, chers lecteurs, qu’utilisez-vous pour lire vous podcasts ?


J’ai testé pour vous : Assassin’s Creed Revelations

Posté le 24 décembre 2011 | Catégorie : IT, J'ai testé pour vous, Jeux vidéo | Tags: , , | Pas de commentaires »

Ah, rien que d’évoquer cette franchise est pour moi un grand plaisir ! En effet, depuis la sortie du premier opus (sobrement intitulé Assassin’s Creed) en novembre 2007, j’ai eu l’occasion de jouer aux quatre jeux sortis. À chaque fois (ou presque), le jeu était meilleur que le précédent et apportait un lot de nouveautés non négligeable.

Assassin’s Creed Revelations ne déroge pas à la règle. En proposant au joueur d’incarner l’Assassin Ezio Auditore au cœur d’une Constantinople fraîchement tombée aux mains des Ottomans, le jeu propose un nouveau terrain de jeu (car oui, sauter de toits en toits, escalader les bâtiments devient un jeu dans cette franchise ! 🙂 ). D’un point du vue scénaristique, Ubisoft a encore une fois rendu une copie consistante. Je ne dirai pas parfaite et ceci pour une simple raison : les Revelations promises ont effectivement lieues mais bon, on était en droit d’attendre plus je pense. Et comment peut-on juger un scénario après avoir joué à Brotherhood ? Cet épisode est selon moi le plus abouti (que ce soit au niveau du scénario, de l’environnement graphique, des missions, … le contenu proposé était simplement GENIAL).

Donc pour en revenir à Revelations, je dirai que le jeu est bon, très bon même mais pas à la hauteur d’un Brotherhood. Je le recommande fortement aux fans de la franchise car il complète la trilogie Ezio Auditore et explique certaines choses vues dans les épisodes précédents. Par contre, pour les autres joueurs, le gameplay de Brotherhood sera plus à même de vous satisfaire, selon moi. Bon, je ne dénigre pas non plus Revelations, j’ai grandement apprécié mon expérience de jeu. En effet, après avoir visiter le Duomo de Florence et la basilique Saint-Marc de Venise dans Assassin’s Creed II, escaladé le Colisée de Rome dans Brotherhood, j’ai gagné le droit (oui, il faut le débloquer 🙂 ), de me balader et d’escalader Hagia Sophia (Sainte-Sophie). Pouvoir explorer ces bâtiments est toujours intéressant et permet de voir à quel point Ubisoft a reproduit les monuments dans le jeu.

Une fois de plus, Ubisoft aura réussi à insérer des éléments fictifs (existence des Assassins, complot des Templiers) dans une réalité relatée dans les livres d’Histoire. Après avoir combattu les Borgia dans AC2 et Brotherhood, Ezio Auditore rencontre cette fois-ci Suleiman (futur sultan de l’Empire Ottoman Soliman le Magnifique) et on découvre les luttes familiales pour le pouvoir au sein de l’Empire.

La grande force de la franchise est de faire découvrir (partiellement bien sûr) l’Histoire de telle ou telle période : Troisième Croisade, Renaissance Italienne, Constantinople après sa chute sont au programme. J’apprécie tout particulièrement le système de base de données dans le jeu. À chaque fois qu’un rencontre un personnage célèbre ou qu’on passe à proximité d’un lieu connu, le jeu propose d’en apprendre un peu plus en affichant quelques lignes (paragraphes). La bande son est toujours aussi bien ! C’est un plaisir de partir à l’exploration avec une telle musique dans les oreilles, un MUST !

Je reste volontairement flou par rapport au contenu des scenarii (je ne voudrais pas vous dévoiler les éléments importants puisque vous allez y jouer :D).

Bref, Ubisoft a encore une fois sorti un très bon jeu, qui malgré quelques légèretés sur le scénario et sur la jouabilité s’inscrit totalement dans la lignée de ses prédécesseurs. On quitte donc notre cher Ezio, ma foi vieillissant, et on attend, avec impatience, la sortie du prochain opus !


J’ai testé pour vous : JDownloader

Posté le 12 décembre 2011 | Catégorie : IT, J'ai testé pour vous | Tags: , | 4 commentaires »

Aujourd’hui, je fais la présentation d’un logiciel bien sympathique et ô combien utile : JDownloader.

JDownloaderQu’est ce que JDownloader ?

Il s’agit d’un petit logiciel écrit en Java (d’où le J dans le nom) qui permet d’organiser ses téléchargements (download manager dans la langue de Shakespeare).

 

Pourquoi vouloir organiser ses téléchargements ?

Lire la suite de l’article »


Stereomood – écoutez de la musique en fonction de votre humeur !

Posté le 26 novembre 2011 | Catégorie : IT, J'ai testé pour vous | Tags: , , , , | 4 commentaires »

Bonjour à tous mes lecteurs !

Pour commencer, je souhaitais remercier les quelques personnes qui ont pris le temps de commenter mon article précédent. Je ferai en sorte d’améliorer la chose 🙂 ! En effet, je compte agrémenter les articles de plus d’images.

Logo StereomoodAujourd’hui, je vais vous présenter Stereomood. Pour les non-anglophones, mood signifie humeur. Ce service vous propose des dizaines de playlists organisées en fonction de différentes humeurs ou activités. Vous avez eu une dure journée dans ce monde si hostile ? Optez pour la liste RELAX, vous vous sentez faibles, pourquoi ne pas vous laisser tenter par des morceaux ENERGETIC ou, au contraire, SLEEPY. Je suis assez fan de la playlist STUDYING, en effet, la quantité de travail étant assez importante à Oxford, il faut bien agrémenter ces longs moments d’une présence musicale.

Le site propose en écoute gratuite et illimité des morceaux de différents genres. Ne vous attendez pas, par contre, à trouver les derniers morceaux mainstream, vous risqueriez d’être déçu. Steremood est loin d’être parfait à mon goût (lorsqu’on recharge une liste, c’est la page qui se recharge, par exemple). De plus, les listes ont beau être composées de plus de 400 morceaux, j’ai l’impression que leur fonction « aléatoire » a quelques soucis ;). Mais bon, comme dit, Steremood est gratuit et permet d’écouter de la musique « inconnue » (du moins pour moi).

Pour les utilisateurs de Last.fm, Stereomood vous permet de lier vos comptes et vos écoutes Stereomood sont automatiquement récupérées par Last.fm ! CelaLogo Last.fm peut se révéler pratique pour certains 🙂 !