Oxford (suite et fin) et premiers jours de boulot

Posté le 1 novembre 2012 | Catégorie : Boulot, Etudes, Oxford, Tourisme | Pas de commentaires »

Chers amis lecteurs, c’est avec beaucoup de retard que je publie ce billet mais comme une expression populaire le dit si bien : « Mieux vaut tard que jamais ». En effet, ça doit faire plus d’une semaine que le brouillon est enregistré et j’ai laissé trainer, trainer… Bon, assez parlé de ça, attaquons l’article en lui-même : si vous ne le savez pas encore, j’ai reçu, lundi 1 octobre 2012, les résultats officiels de mon année passée à Oxford. Et quelle ne fût ma surprise en voyant ces quelques mots

Programme Title:

Master of Science in Computer Science
Completion Date:

01-Oct-2012
Final Award:

Master of Science

Year Outcome: Pass

La Plaine d’Alsace

Oxford

Ceci signifie donc que j’ai validé ma dernière année d’étude dans une des plus prestigieuses universités mondiales et que cela m’ouvre les voies de ce double diplôme que je convoitais tant : ENSIIE-University of Oxford. Après plusieurs semaines d’attentes et d’incertitudes quant au résultat final (promis négatif par mon superviseur), j’ai éprouvé une angoisse marquée à la lecture du mail tant attendu puis une immense joie à la lecture de ces quelques lignes salvatrices, citées précédemment. Ces résultats sont tombés le 1er octobre, soit le même jour où je signais mon premier CDI ! Un jour mémorable, ma foi. En effet, après une année chargée et tendue lors de la tombée des différents résultats, j’ai eu le bonheur de constater que j’avais franchi tous les obstacles qui mènent à ce diplôme d’Oxford. Une belle chose sachant que c’était un défi personnel que je m’étais lancé : je me suis posé la question, au moment de postuler, en novembre dernier, si j’étais capable de valider une année dans un établissement comme Oxford.

Le boulot

Vue des bureaux

Parlons maintenant de mes premiers jours en tant que salarié. Première chose : au revoir statut d’étudiant. Lorsque j’ai signé mon contrat, j’ai eu la sensation de passer à autre chose : j’allais commencer à apprendre. En effet, après 20 ans de scolarité (maternelle comprise), l’apprentissage professionnel commençait ! J’ai lu un article très intéressant, il y a quelques temps, qui explique que c’est dans le cadre du travail que l’on apprend le plus. Je partage cette vison de la chose. Depuis le 1 octobre 2012, je suis donc officiellement développeur informatique pour une start-up strasbourgeoise dénommée MBAM. Au programme, développement de logiciels et applications innovants dans le domaine d’étude et de rénovation énergétique. L’intégration dans l’équipe a été relativement facile, ayant effectué mon stage de deuxième année d’Ecole au sein de l’entreprise, et j’ai donc pu retrouver mes techno favorites rapidement (Flex/AS3) ! Une pincée de configuration agrémentée d’un coulis de Django plus tard, me voici opérationnel. La vue de nos bureaux est assez intéressante comme peut, en partie, l’attester la photo de cet article. D’autres suivront certainement, lorsque la météo sera plus clémente 🙂

Tour du château du Grand-Geroldseck

Le réconfort

Pour clôturer cette semaine en beauté, Jeff S., étudiant de l’ENSIIE Strasbourg, a organisé une randonnée dans les Vosges du Nord, à proximité immédiate de Saverne. Au programme, « visite » (si l’on peut s’exprimer ainsi) de plusieurs châteaux de la région. Heureusement que ces châteaux ont été construits dans les Vosges du Nord. En effet, on y vient plus « pour voir des vieilles pierres » que pour un paysage comparable à celui des Hautes-Vosges. Quoi qu’il en soit, cette sortie pédestre fût fort agréable et un peu de sport ne fait de mal à personne :). Ce fut, somme toute, une chouette journée partagée avec une douzaine d’autres étudiants et anciens de l’École. Un timide soleil a fait son apparition pour nos deux dernières heures de marche, comme pour « illuminer » une semaine dont je me souviendrai.

Bon, j’ai toujours autant honte de n’avoir posté cet article que maintenant…


Les Jeux Olympiques à Londres ? Vraiment ?!

Posté le 10 juillet 2012 | Catégorie : Oxford | Pas de commentaires »

Etant arrivé au pays de la perfide Albion, en septembre dernier, je n’ai pas pu passer à côté. D’ici dix-sept jours, les Jeux de la XXX° Olympiade s’ouvriront dans la capitale britannique. Et cela fait quelques temps (mois devrais-je dire) que l’effervescence se fait ressentir et elle atteindra son paroxysme d’ici deux petites semaines.

A vos marques, …

Entre les anneaux olympiques géants à Saint-Pancras International, les boutiques officielles London 2012 qui fleurissent un peu partout, on sent que ces olympiades sont attendues par tout un peuple. A moins que ce ne soient les médias qui le forcent à attendre ces Jeux. Effectivement, et comme d’habitude si j’ose dire, certains problèmes ont fait leur apparition en marge de l’organisation du plus grand événement sportif et culturel mondial (sur un plan purement sportif, la Coupe du Monde de football peut paraître comme le plus important événement purement sportif, mais bon, l’olympisme, c’est plus que le sport non ?). Bref, parmi les problèmes rencontrés, on peut citer le choix de Dow Chemical comme l’un des sponsors de ces JO, le coût exorbitant de l’organisation (près de 15 milliards de dollars US, d’après une étude de deux chercheurs de l’Université d’Oxford) ou encore le renforcement de cette menace terroriste dont les médias nous parlent sans cesse lors de tels événements.

En somme, ce sont les médias qui créent, principalement, l’engouement autour de telles compétitions mais ils sont également responsables de toutes les infos négatives inhérentes à leur organisation. Paradoxal dites-vous ?

… prêts, …

Beaucoup de monde au rendez-vous

Quoi qu’il en soit, la ferveur populaire est belle est bien présente. J’ai, moi-même, pu assister au passage de la flamme olympique à Oxford. Plus précisément, il s’agissait d’une cérémonie qui s’est déroulée tôt ce matin (entre 6h30 et 7h15). De nombreuses personnes se sont levées pour arriver en avance et, ainsi, obtenir une place assise :). A vue de nez, quelque 300 ou 400 personnes ont été invitées par l’Université, afin de prendre part à cette cérémonie. Au programme, un groupe de chanteurs a cappella, un (très) petit discours du Chancelier de l’Université, un speech de Sally Jones (ancienne sportive de l’Université d’Oxford et présentatrice de sports de la BBC), ainsi que la présence de légendes sportives britanniques.

Sir Roger Bannister

Citons Lord Sebastian Coe (ancien coureur de demi-fond et actuel président du comité d’organisation de London 2012), Sir Roger Bannister (premier homme à boucler 1 mile – 1 609.34 mètres – en moins de quatre minutes). C’est d’ailleurs sur le lieu de cet exploit, réalisé en 1954, qu’a eu lieu la cérémonie de ce matin (Iffley Road Track). Quelques autres athlètes (retraités ou toujours en activité) se sont relayés pour raconter leurs souvenirs ou leurs attentes olympiques.

… PARTEZ !

La lanterne contenant la flamme olympique a alors été apportée et la première torche de la journée a été allumée. C’est Sir Bannister qui a porté cette torche avant de transmettre la flamme à une étudiante de l’Université qui est ensuite partie sur le tracé du relai, d’Oxford à Reading, en passant par le château de Windsor. Cette flamme arrivera à Londres le 21 juillet et entrera dans le stade Olympique lors de la cérémonie d’ouverture de ces Jeux Olympiques, le 27 juillet 2012.

Plus de photos sont disponibles sur ma galerie Flickr : http://www.flickr.com/photos/nicolas_weber/sets/72157630519283192/


Et la vie continue, ici à Oxford !

Posté le 2 juillet 2012 | Catégorie : Oxford, Tourisme | Pas de commentaires »

Bon, encore un loooong silence radio. Je vous prie, chers lecteurs, de bien vouloir m’en excuser :).

Voici un petit article qui relatera mes dernières péripéties/aventures anglaises. Mes parents sont venus me rendre visite courant du mois de Juin et malgré une météo capricieuse, ils ont, semble-t-il, apprécié le voyage ainsi que la ville.

Question météo, il faudrait que je vérifie si le Oxford English Dictionary comporte une entrée été. En effet, temps maussade, averses toujours plus nombreuses et vent fort sont au programme. Si bien que lorsqu’il fait beau, je décide d’en profiter (manches courtes et compagnie) et BIM malade pendant 2 jours fin juin… Pardon, j’ai raté une étape ?! Enfin bref, ce n’est qu’une question de temps (quel jeu de mot : météo <-> temps haha) jusqu’à ce que le soleil revienne (j’espère en tout cas).

Sinon, je continue à avancer sur mon projet de fin d’études (extraction et annotation automatiques de données d’un fichier PDF). La vie est belle de ce côté-là, c’est assez motivant d’arriver à segmenter les blocs d’un PDF ;). J’ai aussi eu le droit de déménager ! En effet, j’avais une licence courte (jusque fin juin) alors que mon année finit début septembre… Changement de chambre obligatoire. Enfin bon, voyons le bon côté des choses, j’ai seulement changé d’aile dans ma résidence. En outre, j’ai pris part à un tirage au sort ouvert aux étudiants de l’Université et qui ouvre les portes à un événement privatif dans le cadre de la venue de la flamme olympique à Oxford. Les résultats sont tombés aujourd’hui !

M. Nicolas Weber
You have been successful in the ballot to attend
The University of Oxford Olympic Torch Event on Tuesday 10 July 

Bien, très bien ! Je vais pouvoir assister au relais de la flamme :). Bon, contre-partie, car il y en a une, les portes ouvrent à 5h45 et le stade se trouve à 30 minutes de chez moi… ça va faire lever tôt. Mais bon, je suis jeune (à ce qu’il paraît). Je prendrai, bien évidemment, des photos que je publierai pour votre plus grand plaisir (ou pour le mien, à voir :D).

J’ai uploadé de nouvelles photos prises lors de ces dernières semaines sur mon compte Flickr.
D’ici là, chers lecteurs, je vous souhaite une bonne continuation !


Essai sur la discipline britannique

Posté le 2 avril 2012 | Catégorie : Oxford | Pas de commentaires »

Bonsoir à tout le monde !

Après un silence radio assez long (depuis le 28 janvier pour être exact), je reprends du service sur mon blog.

Après trois semaines passées en Alsace, je suis actuellement sur la route d’Oxford. Rien de très palpitant à raconter si ce n’est que le TGV est toujours aussi confortable (cocorico) et que l’Eurostar est toujours aussi inconfortable (ahhh ces anglais :D) !

Une chose m’a également fait sourire : le Underground était en dérangement suite à un incident et la Victoria Line était donc retardée de plusieurs minutes et les gens s’amassaient sur les quais des différentes stations au fur et à mesure de l’avancement de ma rame. Les gens, voyant que la rame avait déjà atteint sa limite démographique, sont restés gentiment à quai pour attendre le métro suivant. Quelle discipline et quel bon sens ! Certains en France feraient bien d’en prendre de la graine :). De plus, une voix-off/speaker/whatever (oui, ils font les choses bien à Londres :D) annonçait « The Victoria Line is delayed, we apologize for the delay of your journey, take it easy ». Bon le « take it easy » est juste magique je trouve et pas de « Thank you for your understanding » des plus hypocrites comme ceux déversés par les services publics en France. En effet, comment peut-on remercier les gens de la compréhension dont ils ne font pas preuve ?

Pour finir, je rends mes examens demain matin, en espérant une issue positive (les résultats tomberont d’ici trois semaines).

Et sinon, vous, chers lecteurs, que devenez-vous ?


Soirée Ecossaise

Posté le 28 janvier 2012 | Catégorie : Oxford | Tags: , , , | 2 commentaires »

Chaque 25 janvier, l’Écosse célèbre la naissance de Robert Burns (en 1759), un des poètes les plus connus d’Écosse. Il est considéré comme un des précurseurs du romantisme et son œuvre aura marqué la littérature, écossaise surtout, au cours des dix-neuf et vingtième siècles.

Jeudi soir, je vous l’accorde on était le 26 mais bon c’est comme ça, l’association étudiante de mon College, ayant un président écossais, a organisé la Burns Night (cette célébration citée plus haut). Cette soirée suit un protocole bien défini : tout au long du repas, différents intervenants se succèdent afin d’énoncer des poèmes de Burns, de chanter ses textes, de discourir sur l’héritage de Burns.

Qui dit célébration d’une personnalité écossaise dit repas écossais. Et qui dit repas écossais dit… Haggis. Pour les gens ne connaissant pas ce plat, il est principalement composé d’abats de mouton, d’avoine, d’oignons et d’épices. Et, pour l’avoir testé, je ne le regrette pas :), ce plat est loin d’être mauvais et m’a permis de découvrir cette spécialité écossaise. Le reste du menu était composé de pot-au-feu suivi de saumon fumé.

Un des événements majeurs de cette célébration est l' »entrée en scène » du Haggis. En effet, une fois l’entrée finie, le Haggis est porté à travers la salle, précédé par un joueur de cornemuse (en kilt, cela va de soi). Quelque peu étrange comme tradition mais assez c’est assez marrant. La preuve en image !

Une fois le repas terminé, nous avons eu droit à une démonstration de danse traditionnelle écossaise, qui requiert un minimum d’énergie tout de même. Au final, j’ai passé un jeudi soir très agréable en découvrant la cuisine écossaise ainsi qu’une partie de son folklore. Et je finirai cet article par une photo d’une fine équipe (de gauche à droite : Tom, Mark, Tim and Nick) 🙂 !

Je tiens à remercier Tom Davies qui a gentiment accepté que j’utilise ses photographies, afin d’illustrer mes propos.